DOSSIER HEBDO 1:  TRANSPORT DE FRET: Le transport de marchandise en Afrique, un secteur en pleine croissance

Version 13

    Signature.PNG

     

    Les transports constituent l’un des éléments indispensables à la facilitation des échanges et à la circulation des biens. Cependant, en Afrique, le secteur du transport de marchandise se heurte à divers problèmes d’ordres structurels et organisationnels. Ces dernières années, eu égard aux Objectifs du Développement Durable des Nations Unies, les pays africains s’organisent pour relever les défis dans le secteur du transport de marchandises. Ils visent des économies régionales intégrées dans le marché mondial. Pour ce faire, les projets bénéficient de l’appui et du soutien de nombreux partenaires techniques et financiers.

    L’urbanisation, un facteur stimulant le développement du secteur de transport de marchandise en Afrique

    Chiffres clés.PNG

    L'urbanisation et les transports sont généralement étroitement liés dans la mesure où ceux-ci sont destinés à permettre les flux des hommes et des marchandises. Chaque année, la population urbaine africaine croît de 7 %. Estimée à 472 millions d’habitants en 2017, cette population est appelée à doubler au cours des vingt-cinq prochaines années, pour atteindre un milliard d’habitants en 2040. Dans un contexte mondial marquée par la croissance soutenue depuis quelques années de l’économie africaine, cette forte croissance démographique a de multiples effets sur le plan des équipements, des infrastructures et services nécessaires aux besoins de la population, et notamment sur le plan des transports. Le continent doit donc booster ses  échanges, domaine où l’Afrique accuse encore un retard considérable. Les échanges intra régionaux sont faibles et ne représentent que 10 % de l’ensemble du commerce extérieur africain. En ce qui concerne les échanges commerciaux, le continent ne représente que 1,8% des importations et 3,6 % des exportations dans le monde.

      

    La route, un mode dominant dans le transport de marchandise en Afrique

    La Cémac prépare les textes d'application du nouveau code des douanes communautaire - Le Nouveau Gabon.jpg

    De façon générale, les transports maritime et terrestre (par routes et chemins de fer) constituent la chaîne la plus importante pour les échanges intra-communautaires et les échanges de la sous-région avec le reste du monde. Le transport routier supporte l’essentiel (90% des échanges intra-régionaux).  Ce réseau souffre en particulier de la surcharge effectuée sur les véhicules routiers, ce qui réduit la durée de vie des routes. Le trafic ferroviaire à l’exception de l’Afrique du Nord, est généralement faible en Afrique avec seulement 2% des marchandises globales transportées. Le transport maritime, un des plus importants modes de transport pour le commerce extérieur, représente, quant à lui, 92 à 97% du commerce international de l’Afrique. Dans le domaine aérien, si le continent comptait plus de 4 000 aéroports et terrains d’aviation en 2007, 20% seulement étaient équipés de pistes en dur. Seuls 117 aéroports africains sont classés aéroports internationaux et leur part dans le transport aérien mondial reste modeste, ne représentant environ que 3,6% du fret en 2006. Ce secteur reste à développer, puisque de 1 % du trafic aérien mondial en 2004, l’Afrique ne représentatait que  1,6% en 2016.

     

    Des initiatives d’amélioration du transport de marchandises de plus en plus perceptibles depuis les années 2000 en Afrique

    Conscients de l’importance de développer le secteur de transport des marchandises, les gouvernements africains mettent en place, depuis les années 2000, plusieurs programmes pour améliorer le transport sur le continent. Ainsi, depuis le début du siècle, ils attribuent entre 6 et 8% de leur PIB au développement des infrastructures. Cela représente près de 20 milliards de dollars par an, soit une amélioration considérable par rapport aux 8 à 8,5 milliards de dollars affectés aux infrastructures pendant les années 1990. Dans ce contexte, les communautés économiques régionales comme la CEDEAO, l’UEMOA, le COMESA, la CAE, le CEN-SAD, la SADC, l’UMA, etc. ont mis en place des programmes de facilitation des transports, d’amélioration et d’extension des Map.pnginfrastructures de transport. Elles ont incité les pays membres à développer leurs infrastructures de transport et de communication et améliorer les services en lien avec le développement durable. Ces différents programmes qui visent l’intégration africaine et internationale participent à la vision 2040 du secteur du transport pour le Continent déclinée dans le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), à savoir « œuvrer à l’avènement d’un continent intégré où l’infrastructure et les services de transports permettent la libre circulation des biens et des personnes ».

    Ces actions s’illustrent bien avec la construction des corridors comme celui reliant Abidjan- Lagos, débuté en 2016, dont la livraison est prévue pour 2025. Ce corridor qui traverse 5 pays d’Afrique de l’ouest à savoir la Côte d’ivoire, le Ghana, le Togo, le Benin et le Nigeria, est inscrit au nombre des projets PIDA (Programme pour le Développement des Infrastructures en Afrique) pilotés par la Commission de l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement (BAD), le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), et leurs partenaires techniques et financiers.

     

    Visite-Eclairage-Public-Autoroute-Grand-Bassam-0001.jpg

    Dans le même sens, le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique, conçu pour promouvoir le développement du continent, s’est fixé comme priorité l’accélération de l’intégration régionale; son objectif majeur à cet égard est donc de combler les déficits d’infrastructure en Afrique.

     

     

     

     

     

    L’autoroute Abidjan-Grand Bassam inaugurée il y a près de deux

    ans est un tronçon du corridor Abidjan-Lagos, inscrit au nombre des projets PIDA.

     

    Transport et logistique de marchandise en Afrique, une organisation entre informel et innovation

    En dépit d'une augmentation soutenue du fret routier, le secteur peine à s'organiser. L'industrie du transport de marchandises et de la logistique en Afrique est dominée par le secteur informel. Il s’agit le plus souvent soit de petites sociétés familiales disposant parfois de pas plus de deux ou trois camions hors d’âge – plus de 30 ans en moyenne.

    Les pays africains, pour la plupart, sont grevés par des frais de transport particulièrement élevés, des barrages routiers et des procédures administratives et douanières lourdes, des circuits logistiques encore rudimentaires. Ainsi, pour un accès aux marchés étrangers, les frais de transport et d’assurance en Afrique représentent en moyenne 30% de la valeur totale des exportations, pourcentage moins avantageux si on le compare à la moyenne de 8,6% pour les pays en développement. Cela entrave gravement la facilitation des transports et du commerce sur le continent et conduit à des retards excessifs, d’où des augmentations substantielles des coûts de transport. 

    Mais, l’émergence, de grands acteurs logistiques comme Bolloré et Necotrans, AgoraLogistics, Dachser, Gefco, Schenker, STC et Ziegler, SOCOTRA, UMS, optimisent l’organisation logistique du transport de marchandises en Afrique. Les innovations en cours accélèrent le changement du visage du transport de fret sur le continent.

     

    Au niveau urbain et intra-urbain, l’avènement de plusieurs innovations facilitent le transport de marchandises. Il s’agit de l’essor du e-commerceZipline-Drone-590x400.png, les plateformes web de transport et de la logistique, l’avènement des drones, etc. Selon certains experts, le marché des drones devrait atteindre d'ici 2021, 20% contre seulement 3% aujourd'hui. A coté de ces innovations, l’on assiste de plus en plus à l’émergence des moyens de transport de marchandise informels comme des tricycles, pousse-pousse et des engins à deux roues dans les villes d’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale.

     

     

     

    Drone Zipline

     

    Capture d’écran 2018-03-28 à 11.12.00.png

    Malgré certaines tendances persistantes comme l’état de dégradation des infrastructures et la pauvreté rampante de la majorité de la population africaine, les nombreuses innovations en cours et l’émergence d’une classe moyenne de plus en plus importante constituent autant de signaux  annonciateurs de réels changements dans le secteur du transport des marchandises à l’horizon 2040. Les tendances au renforcement de l’intégration régionale et les projets de transformation structurelle des économies africaines annoncés dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine méritent que l’on s’attarde sur ce secteur clé qui va conditionner  l’avenir  du continent 

     

     

                              Photo: Coca-Cola Micro Distribution Kenya | Nairobi, Kenya | Tielman Nieuwoudt | Flickr

     

    Durant ces trois mois à venir, l’OMA à travers ces dossiers hebdomadaires proposera à ces internautes les tendances émergentes, évolutives par la déclinaison des sous-thèmes du « transport de marchandise en Afrique ».

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FICHE DESCRIPTIVE :

    AUTEUR : Aurélie KOUASSI

    STATUT : Web journaliste

    DATE DE PARUTION : 27-03-2018

    TYPE : Dossier

    N° :    01-2018

    SOURCES :

    http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers10-12/010049958.pdf

    http://www.jeuneafrique.com/197277/archives-thematique/les-d-fis-de-l-explosion-urbaine/

    http://www.toefrank.net/textes/con821.htm

    http://www.droit-afrique.com/upload/doc/cemac/CEMAC-Reglement-2003 15 profession-transporteur-routier-modifie-2009.pdf

    http://www.omdaoc.org/Document_joint/agenda/Projet%20d%20interconnexion%20des%20systemes%20informatiques%20douaniers%20-%20Cote%20d%20ivoire%20Burkina%20Faso%20-%20Mali,%20Senegal%20-%20Togo.pdf

    https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Project-and-Operations/RCA_-_RE_-_Don_suppl%C3%A9mentaire-PFTsur_Corridors_Douala-Bangui-Ndjam%C3%A9na_-_LOTB_-_Approuv%C3%A9_.pdf

    https://www.cairn.info/revue-d-economie-du-developpement-2012-3-page-105.htm

    http://www.africa-onweb.com/economie/transports-afrique.htm

    http://www.liberation.fr/planete/2016/12/23/en-afrique-des-aeroports-en-kit-pour-des-drones-de-transport_1537147

    http://www.infhotep.com/les-transports-en-afrique-enjeux-et-perspectives-2/

    http://www.leconomiste.com/article/1014659-e-commerce-jumia-veut-devenir-un-mall-virtuel

    https://www.acturoutes.info/page.php?p=1&id=4437

    http://www.uemoa.int/fr/entree-en-vigueur-ce-1er-fevrier-2017-du-reglement-relatif-lharmonisation-des-normes-et-procedures

    http://fr.africatime.com/senegal/articles/transport-routier-la-surcharge-lessieu-fait-perdre-au-senegal-45-milliards-de-fcfa-par

    http://maliactu.net/mali-lutte-contre-la-surcharge-a-lessieu-vers-une-hausse-des-prix-des-marchandises/

    https://pmepmimagazine.info/cote-divoire-transport-routier-518-vehicules-lourds-detectes-surcharge/

    https://www.cairn.info/revue-realites-industrielles-2015-4-p-21.htm

    http://www.lafriquedesidees.org/transport-mobilite-villes-africaines-enjeux-defis/

    https://www.cairn.info/revue-techniques-financieres-et-developpement-2013-2-page-47.htm

    https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Project-and-Operations/Synth%C3%A8se%20de%20l'Etude%20PIDA.PDF

    http://aid.nepad.org/m_assets/uploads/document/15092341221999384973.pdf

    Save

    Save

    Save

    Save