La 2ème Table ronde  de l’OMA « Quelles évolutions pour un transport durable des marchandises en Afrique ? »

Version 3

    Vue d’ensemble de l’activité @OMA

    L’Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) qui s’est assigné pour mission d’étudier l’avenir de la mobilité sur le continent africain dans une vision de développement durable, a organisé le Mardi 18 Septembre 2018,à l’hôtel Ivotel, dans la commune du Plateau à Abidjan-Côte d’Ivoire, sa 2ème table ronde autour du thème « Quelles évolutions pour un transport durable des marchandises en Afrique ? ».Cet événement s’est déroulé en 3 grandes étapes : l’ouverture de la cérémonie, les panels et la clôture de l’activité.Plus de 50 acteurs ayant des liens directs ou indirects avec le transport de marchandises en Côte d’Ivoire ont participé à cet événement. Il s’agit des pouvoirs publics et institutionnels (Ministère des transports, de l’Office Ivoirien des Chargeurs de Côte d’Ivoire (OIC), la police nationale, l’Union Africaine des Transports Publics…), des acteurs opérationnels privés et Start-ups (le Haut Conseil du Patronat des Entreprises de Transport Routier de Côte d'Ivoire, Afrimarket-ci, Bolloré logistique, Kamtar, OSM-ci, Xpress Service,…) et de personnalités du milieu académique (Etudiants, Enseignants-chercheurs et chercheurs), les communautés digitales et les usagers.

    1. I- L’ouverture de l’atelier

    Elle a consisté en un mot de bienvenue adressé par le Directeur de l’OMA, Dr Kouassi Kouamé Sylvestre, à l’ensemble des participants à cette deuxième Table ronde l’Observatoire. Ensuite, il a présenté l’OMA à ses hôtes en insistant sur le contexte de création de l’OMA, ses objectifs et missions, ses activités et ses supports d’intervention notamment sa plateforme Jive qui est accessible à tous suite à une inscription (https://openlab.michelin.com/groups/observatoire-des-mobilit%C3%A9s-en-afrique). Après cette intervention, se sont ouverts les panels.

    1. II- Les panels

    Deux panels ont meublé cette deuxième Table ronde de l’OMA. Le premier portait sur « Les politiques publiques face aux enjeux  de la durabilité du secteur des transports de marchandises en Afrique à l’horizon 2030-2050 », suivi d’un second intitulé : « Les innovations face aux enjeux de durabilité du secteur des transports de marchandises en Afrique  à l’horizon 2030-2050 ».

    Le panel 1 intitulé : « Les politiques publiques face aux enjeux  de la durabilité du secteur des transports de marchandises en Afrique à l’horizon 2030-2050 » s’est développé avec des acteurs publics et organismes privés. Il s’agit de M.Cissé Yssoufou, Secrétaire Général de l’Union Africaine des Transports Publics (UATP), M. Assi Crépin, Directeur central des transports routier et ferroviaire de marchandises du Ministère des transport et M.Diaby Ibrahim, Directeur Général du Haut Conseil du Patronat des Entreprises de Transport Routier de Côte d'Ivoire.Ce panel a été modéré par le Prof Kassi-DJODJO Irène, spécialiste des Transports, à l’Institut de Géographie Tropicale de l’Université Félix Houphouët-Boigny.

    Photo panel 1 : De la gauche vers la droite, Prof Kassi, modératrice ; M.Diaby.H, Directeur du HCPETR-CI ; M Assi Crépin, Directeur au Ministère des Transports et M.CisséYssoufou, SG de l’UATP. @OMA

     

    A cet effet, une prise de parole de 10 mna été accordée à chaque panéliste pour présenter son regard sur les politiques publiques en cours pour faire face aux enjeux actuels et futurs du transport de marchandises en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire.

    M.Cissé Yssoufou, Secrétaire Général de L’UATP, a particulièrement exposé sur les enjeux des corridors intelligents dans la globalisation des échanges commerciaux en Afrique.A cet effet, il a évoqué la mise en place actuelle du Programme de Développement des Infrastructure (PIDA) qui vise une intégration régionale. Ce projet a identifié 47 corridors en Afrique dont 10 corridors majeurs pour l’implémentation d’un système de transport intelligent. Selon M. Cissé, la mise en place des politiques de corridors intelligents communes par les Etats qui ont pour but de lever tous les obstacles dans le transport de marchandises pourrait améliorer les échanges commerciaux du continent africain qui représente le taux le plus faible des échanges internationaux. Il ajouta que la politique de marché commun en Afrique répond aussi à la durabilité des transports de marchandises.

    M.Diaby.H, Président du Haut Conseil du Patronat des Entreprises de Transport Routier de Côte d'Ivoire (HCPETR-CI), a lié l’avenir du secteur des transports de marchandises en Afrique à  la vision politique des Etats, (ii) la construction des infrastructures, (iii) la formation des acteurs du secteur, (iv) financement du secteur et, (v) innovations technologiques notamment la géolocalisation des véhicules de transports de marchandises. Ainsi, il a exprimé l’ambition affichée en la matière par les Etats de l’UEMOA et la CEDEAO qui vise la fluidité des transports de marchandises entre pays, à professionnaliser le métier de transporteur et à limiter l’âge des véhicules de transport à l’import.

    Selon M. Assi Crépin, Directeur Central des transports routier et ferroviaire de marchandises au Ministère des transports, le transport routier reste à 90%, le mode de transport utilisé par les populations dans le cadre des déplacements et des personnes en Côte d’Ivoire. Le transport routier se trouve donc au cœur des politiques de développement socio-économique du pays. Cette réalité est encore plus accrue dans le contexte de l’économie émergente ambitionnée. Ainsi, dans le cadre de la déclaration de politique en 1998 dans le secteur des transports, les gouvernements successifs ont engagé des réformes en vue de moderniser le secteur du transport routier en général et du sous-secteur du transport routier de marchandises en particulier. La plus récente des réformes est engagée par le Ministère des Transports depuis 2014. Dans le cadre de cette réforme, un nouveau dispositif législatif et réglementaire est mis en place notamment la Loi n°2014-812 du 16 décembre 2014 d’Orientation du Transport Intérieur (LOTI)dont l’objet est de déterminer les orientions de la politique du transport intérieur et le décret n°2015-270 du 22 avril 2015 instituant et réglementant l’utilisation du Document Unique de Transport routier de marchandises, en abrégé D.U.T, dont l’objet est d’instituer un document unique de transport pour le transport public de marchandises de tous types.Il ajouta que le DUT est un outil de professionnalisation du sous-secteur de transport routier de marchandises car il permet aux pouvoirs publics de maîtriser les flux de transport routier de marchandises nécessaires à sa politique d’aménagement routier.Toutes ces politiques publiques ont pour objet d’assurer un transport durable des marchandises.

    A la suite du panel 1, s’est ouvert  le second panel portant sur « Les innovations face aux enjeux de durabilité du secteur des transports de marchandises en Afrique  à l’horizon 2030-2050 » avec les start-ups Afrimarket-CI, Kamtar-CIet la communauté OpenStreemap. Ce panel a été modéré par le Dr N’Guessan Alexis, spécialiste des Transports, à l’Institut de Géographie Tropicale de l’Université Félix Houphouët-Boigny.

    Photo panel 2 : De la gauche vers la droite, Artur Thuet et Délas N’dri Co-fondateurs de Kamtar CI ; Dr N’Guessan Alexis, modérateur ; Mme Estelle Silué, Directrice logistique Afrimarket CI ; Guy Maurel Konan, Président OSM-CI et Guy Pacome Adingra, responsable OSM-CI. @OMA

    Selon, M.Délas N’Dri et M.Artur Thuet, Co-fondateurs de Kamtar CI,leur start-up est la solution digitale innovante dans le secteur du transport de marchandises en Côte d’Ivoire avec 1500 véhicules de divers types grâce au partenariat avec des propriétaires de véhicule dans le transport informel.A ce titre, Kamtar offre des services logistiques de transport des marchandises externalisé basé sur 3 piliers :améliorer la qualité de service des chauffeurs du secteur informel en rajoutant des couches essentielles (assurance, géolocalisation, service clients) et éviter le retour à vide de leur camion,proposer aux clients tous les services digitaux des meilleurs acteurs du secteur formel tout en pratiquant des prix parmi les plus bas du marché grâce aux tarifs avantageux négociés avec nos partenaires logistiques et permettre aux étudiants de percevoir un peu de revenu en étant associé aux services de déménagement.

    Pour Mme Estelle Silué, Directrice logistique Afrimarket CI,les start-ups du e-commerce comme Afrimarket en Afrique s’inscrivent dans l’évolution de la durabilité des mobilités de marchandises de grandes comme de petites capacités. Car elles offrent une connaissance  visuelle du produit au client, suppriment les frontières et permettent la livraison du dernier kilomètre à travers leurs services logistiques efficaces. C’est dans cette dynamique que s’inscrit la start-up Afrimarket qui se donne comme challenge d’optimiser le transport de marchandises des grandes charges, car c’est à cela que doit tendre le secteur en Afrique à l’horizon 2030-2050. Cependant, l’état de dégradation des routes représente un obstacle majeur à cette innovation.

    Openstreemap (OSM-CI),communauté digitale dans le domaine de la géolocalisation à travers des logiciels opendata, par la voix de Guy Maurel .K et Guy Pacôme.A,entend révolutionner le secteur du transport de marchandises en Côte d’Ivoire, à travers une géolocalisation parfaite du territoire. Ce qui faciliterait la livraison du dernier kilomètre, et aider à anticiper à travers des données cartographiques sur l’état de la voirie qui met à mal le transport routier de marchandises. Selon Guy Maurel et Guy Pacôme, l’appropriation de ces données par les africains permettrait au secteur d’atteindre les objectifs du développement durable.

    Les échanges avec l’ensemble des participants ont donné l’occasion aux panélistes d’éclairer davantage les auditeurs sur la contribution de leurs secteurs respectifs à la mobilité durable en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire.

    1. I- La clôture de l’atelier

    Le mot de remerciement du Directeur de l’OMA à l’endroit de tous les participants et notamment des panélistes qui ont accepté de présenter leurs regard sur l’évolution des transports de marchandises en Afrique a donné le ton de la fin de la cérémonie. Il a, entre outre, annoncé la prochaine invitation de l’OMA pour un possible lancement du projet de Feuille de Route pour la Mobilité Durable de la Côte d’Ivoire avant d’indiquer que la 3ème Table ronde de l’OMA portera sur le thème de « la mobilité rurale en Afrique ».

    Photo de l’ensemble des participants à la clôture de l’atelier