Waymo avance dans son projet de lancer une flotte de véhicules autonomes accessibles au grand public dès cette année. Pour cela, la filiale de Google (Alphabet) vient de commander plusieurs milliers de modèles Pacifica au groupe Fiat-Chrysler. Elle prend également Uber de vitesse pour devenir le premier opérateur de robotaxis sur le marché.

 

waymo 6156.jpeg
En 2017, Waymo a dépassé Ford, Renault-Nissan, Daimler, Volkswagen et BMW dans la course au véhicule autonome
d’après le classement du cabinet de recherche Navigant» Photo: Waymo

 

En parcourant l’an dernier 2 millions de miles (soit plus de 3,2 millions de kilomètres), Waymo a doublé la distance couverte par ses voitures d’essais sur route (dans 25 villes américaines) et piste privée depuis sa création en 2016. En parallèle, l'entreprise de conduite autonome a accumulé plus de 2,7 milliards de miles (4,35 milliards de km) dans ses simulateurs. Ses systèmes Carcraft seraient capables de calculer plus de 2 000 scénarios complexes par seconde…

 

Ainsi chaque jour, jusqu’à 25 000 véhicules autonomes Waymo peuvent sillonner 12 millions de kilomètres en conduite virtuelle, expérience qui sera partagée avec toutes les voitures de sa flotte (environ 600). De quoi distancer nettement son concurrent Uber qui a totalisé un peu plus d’un million de miles lors de ses tests.

 

Si Waymo a passé la vitesse supérieure c’est parce que son objectif est de lancer sur le marché une flotte de robotaxis dès 2018. L’annonce laisse toutefois sceptique. Le projet n’est-il pas trop ambitieux, au sens de prématuré ? Le taux d'incidents nécessitant une reprise de contrôle humaine (0,18%) est d’ailleurs non négligeable.

 

En Europe, le cadre réglementaire requiert en outre une transformation profonde.

 

Vers la fin des voitures particulières ?

 

L'Allemagne a mis sur pied l’été dernier une commission d'éthique chargée de réfléchir à des règles pour la voiture autonome. En France, le gouvernement a lancé à l’automne une consultation sur la "stratégie nationale en matière de véhicule automatisé" ainsi que des Assises nationales de la mobilité où le sujet est en débat. Ces initiatives devraient bientôt converger.

 

L’annonce de Waymo fin janvier, coïncide avec la publication d'une étude de KPMG, qui prévoit que la demande pour des berlines particulières aux États-Unis devrait être divisée par deux d'ici 2030, justement en raison d'une probable généralisation de taxis autonomes. De 5,4 millions d'unités par an actuellement, les ventes devraient chuter à 2,1 millions prédisent les analystes.

 

Les robotaxis scelleront-ils le destin des voitures particulières ? Peut-être pas demain, mais les technologies avançant à grande vitesse, dès que cela sera techniquement et juridiquement possible.

 

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste