Le salon international de Genève intervient à un moment charnière de l’histoire de l’automobile, hésitant encore à renoncer au diesel pour consacrer l’ère de la propulsion électrique. Un surplace provisoire ou une fuite en avant ?

 

 

88e-salon-de-geneve.jpgComme chaque année à l’approche du printemps, le salon suisse lance la tournée européenne des rendez-vous internationaux dédiés à la présentation des nouveautés automobiles.

 

Agités par un dilemme cornélien avec la crise que traverse le diesel depuis le scandale des émissions truquées, la plupart des constructeurs hésitent entre l'opportunité de lancer une nouvelle génération de moteurs diesel afin de rassurer leur clientèle, ou se convertir à l’électrique sous la pression accrue des pouvoirs politiques.

 

Certes, les grands groupes ont consacré des plans d'investissements de dizaines de milliards d'euros pour accélérer leur stratégie électrique et la plupart des constructeurs injectent désormais plus ou moins d'électricité sous les capots, mais le marché ne semble pas si pressé de modifier ses habitudes. Car même si le réseau de bornes de recharge s’équipe progressivement en France, il n’est pas suffisamment dense dans nombre de pays européens. Autre inconvénient, l’autonomie réelle entre deux recharges freine les projets de déplacements du week-end ou des vacances des consommateurs.

 

Le moteur thermique à bout de souffle ?

 

Malgré tout, les dispositions réglementaires devraient pousser de plus en plus l’industrie à la roue. Les constructeurs sont en effet tenus de réduire les émissions moyennes de leurs gammes à 95 grammes de CO2/km d'ici 2021 (contre 130 g en 2015). L’éco-bonus ou malus, progressivement durci par l'Union européenne, incite à orienter la consommation vers l'achat de véhicules moins polluants. Le moteur thermique va-t-il tenir la route?

 

Le paradoxe est palpable à Genève. Lundi 5 mars, l'élection de la voiture de l'année 2018 a consacré le Volvo XC40, premier modèle basé sur la nouvelle plate-forme CMA (Compact Modular Architecture), destinée aux futurs véhicules de la gamme 40, dont les versions 100% électriques... Mais il n’est disponible aujourd’hui qu’en transmission intégrale boîte auto avec un diesel de 190 ch ou un essence de 247 ch. Une version 100 % électrique devrait être proposée d’ici deux ans, après la commercialisation d’une version hybride.

 

La 88e édition du Salon, après deux jours réservés à la presse, les 6 et 7 mars, fera quand même la part belle aux « moteurs verts », encore que l’appellation (flatteuse pour les EV) reste à démontrer.

 

Parmi les nouveautés sont attendues notamment l’Audi e-tron, premier SUV 100% électrique de la firme aux anneaux, la Bentley SUV Bentayga PHEV hybride rechargeable et un nouveau moteur pour la Renault Zoé EV.

 

Près de 700 000 visiteurs sont attendus à Palexpo, la halle des expositions du salon de Genève, pour contempler près de 900 modèles entre le 8 et le 18 mars.

 

Par delà les messages envoyés à la planète, son bilan nous indiquera (ou pas) le sens de l’histoire.

 

Tags : salon, automobile, Genève, diesel, électrique, EV, réseau de bornes de recharge, CO2, dispositions réglementaires, moteur thermique, constructeurs, moteurs diesel, éco-bonus

 

Photo : L’affiche de la 88e édition: La couleur verte peut avoir un rapport avec l'écologie, mais symbolise surtout les espoirs du secteur placés entre "optimisme et vitalité".

 

 

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste