Chaque année la Semaine européenne du développement durable (SEDD) a lieu du 30 mai au 5 juin afin de sensibiliser les citoyens et les différents acteurs à ses nombreux enjeux. Cette année, la thématique était « Villes et Territoires de demain », une question cruciale compte tenu de l’accroissement de la population urbaine.

 

La Semaine européenne du développement durable est issue d'une initiative conjointe de la France, de l’Autriche et de l’Allemagne qui ont uni leurs semaines nationales respectives en une semaine événement, désormais reconnue sur tout le continent. En 2017, plus de 4000 projets avaient été recensés dans une trentaine de pays d'Europe dont près de 1300 en France, mobilisant au total plus de 300 000 citoyens.

 

semaine-developpement-durable-e1526636031875.jpg
« Les villes du futur devront être innovantes et adaptables
tout en étant respectueuses de l’environnement. »

 

Durant la SEDD un large choix de manifestations (conférences, expositions, projections, projets d’éducation, visites…) est proposé au public afin de faire connaitre et découvrir les initiatives territoriales tournées vers le développement durable et la transition écologique, ainsi que les acteurs impliqués dans l'amélioration du cadre de vie.

 

En 2018, l’axe directeur de la SEDD, « Villes et Territoires de demain », était une thématique essentielle face à l’accroissement de la population dans les villes d’ici 2050 et la question des flux migratoires qui divise l’Europe actuellement.

 

La ville du futur devra relever de nombreux défis

Aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes. 43 d’entre elles ont de 5 à 10 millions d’habitants (baptisées « grandes villes » par les Nations unies). En 2014, elles abritaient – plus ou moins bien – plus de 300 millions de personnes, soit 8% de la population urbanisée. Elles seront 63 en 2030. Par ailleurs, 1 milliard de personnes vit dans des bidonvilles dans les pays en voie de développement. Cela correspond à un tiers de la population urbanisée dans ces régions*.

C’est dire si de nombreux défis attendent les villes demain, notamment pour apporter des solutions face au changement climatique et réussir la transition écologique de la société. Les villes du futur vont donc devoir être innovantes pour s’adapter tout en respectant l’environnement, par exemple en organisant la mobilité urbaine tout en limitant la pollution.

 

Dans un effort pour pousser les navetteurs à utiliser les transports publics, quelques villes européennes ont décidé d’introduire des péages urbains ou des restrictions aux véhicules polluants. Ces dispositifs visent surtout à décourager la circulation routière aux heures de pointe comme à Milan (Italie), La Vallette (Malte), Stockholm (Suède) et Londres (Royaume-Uni).

 

P1060940-2.jpg
« Trafic à une heure de pointe, Naples (Italie) »             photo D.R

 

Pouvoir s’appuyer sur les nouvelles technologies

 

La proportion de personnes qui utilisent les transports publics pour se rendre au travail est généralement beaucoup plus importante dans les grandes villes et les capitales européennes où les réseaux de transport intégrés dépendent du rail, de l’infrastructure souterraine/métro, des bus et trams. En revanche, dans les villes de province, l’utilisation d’un véhicule personnel apparaît généralement comme le principal mode pour se rendre au travail. Les villes européennes importantes où moins de 30 % des personnes utilisent les transports publics comme principal mode de déplacement pour se rendre au travail sont Manchester (Royaume-Uni), Palerme (Italie) et Antwerp (Belgique).

 

Les nouvelles technologies, comme les applications ou les plates-formes en ligne, peuvent permettre de rendre les trajets plus efficaces, moins coûteux et plus respectueux de l’environnement. En diffusant par exemple des informations en temps réel.

En 2017, près de 2 500 villes de 50 pays différents avaient participé à la 16e édition de la semaine européenne de la mobilité, autre évènement à visée environnementale qui fait la promotion des modes de transports faiblement polluants et durables tels que la marche, le vélo, les transports en commun et le covoiturage. Elle se déroule chaque année du 16 au 22 septembre.

 

* Source : Citymetric et du Demographia World Atlas 2016

 

En savoir plus : https://bit.ly/2kTAWvi

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste