Les dernières données sur la R&D dans l’automobile publiées par l’ACEA, montrent une hausse des investissements annuels en Europe, avec l’atteinte d’un niveau record de 53,8 milliards d’euros en 2016 ce qui en fait le secteur le plus performant sur cette zone.

 

research-innovation_728_410_70_c1_t_l.jpg
« Le secteur automobile est le premier investisseur en R & D de l'UE, avec 27% des dépenses totales.
8 732 brevets liés à l’automobile ont été délivrés par l’Office européen des brevets en
2016. »   
(Source : www.acea.be)

 

Chaque année, l'ACEA (European Automobile Manufacturers’ Association) édite un Guide de poche de l'industrie automobile, accessible en format numérique (voir lien). L'édition 2018-2019 compile ainsi les dernières données (chiffres, tableaux et statistiques) sur l'emploi et le commerce, l'innovation, la performance environnementale du secteur, ainsi que la production, l'immatriculation, l'utilisation et la fiscalité des véhicules au niveau européen


L’Allemagne, pays le plus innovant en Europe


D’après ce guide, les constructeurs automobiles et fournisseurs de l'UE consacrent 53,8 milliards d'euros à l’innovation chaque année (commerce de pièces inclus), en hausse de 7,4 % sur le Vieux Continent (chiffres 2016). Ils représentent 27 % des investissements  sur cette zone, devant la pharmacie qui a concentré 20 % des investissements R&D avec près de 40 milliards d’euros, et celui d’une catégorie généraliste que l’ACEA désigne comme "autres industries" avec 33 milliards d’euros investis, soit 17 % de la R&D européenne.

 

Au niveau mondial, l’Europe s’est imposée en 2016 comme la zone la plus innovante dans le secteur automobile, devant le Japon avec 29,8 milliards d’euros, les Etats-Unis avec 18,5 milliards d’euros et la Chine avec 5,4 milliards d’euros, soit seulement un dixième des dépenses annuelles de l’Europe.

 

 

Unknown copie.jpeg
« Les investissements par industrie dans le monde »

 

L’Allemagne, en concentrant 29 % des brevets délivrés (plus de 2 500) a été le pays le plus innovant. Viennent ensuite le Japon (27 % du volume total) et les Etats-Unis (12%). La France s’est imposée comme le quatrième pays le plus innovant avec 803 brevets délivrés, soit 9 % du total.

 

Aujourd'hui, le secteur automobile fournit des emplois directs et indirects à 13,3 millions d'Européens, ce qui représente 6,1% de l'emploi total de l'UE. Les immatriculations de voitures ont progressé de 3,4% en 2017, dépassant le cap   symbolique de 15 millions d'unités pour la première fois depuis 2007.

 

Parallèlement, plus de 2,6 millions de camions, d'autobus, d'autocars et de camionnettes ont été construits dans l'UE en 2017, soit une augmentation de 1,8%.

 

La contribution essentielle des exportations

 

Les constructeurs automobiles européens ont d’autre part exporté 5,9 millions de véhicules à moteur en 2017, générant un excédent commercial de 90,3 milliards d'euros pour l'Union européenne. Par rapport à la balance commerciale totale de l'UE en biens manufacturés, d'une valeur de 290 milliards d'euros, les exportations d'automobiles apportent une contribution essentielle à la position commerciale globale de l'UE.

 

Enfin, bien que la production automobile ait été constamment à la hausse depuis 2013, les fabricants ont pu diminuer leur empreinte environnementale. Par exemple, les émissions totales de CO2 de la production automobile ont chuté de 23,7% au cours de la dernière décennie, tandis que la consommation d'eau par voiture produite a été réduite de 31% depuis 2008.

 

« Le même niveau d'ambition s'applique à notre objectif de rendre la mobilité plus propre, plus intelligente et plus sûre à l'avenir », tient à souligner Erik Joannert, secrétaire général de l'ACEA, en préambule de l'édition du guide 2018-2019.

 

 

Guide de l'ACEA, 2018-2019:

 

http://www.acea.be/uploads/publications/ACEA_Pocket_Guide_2018-2019.pdf

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste