L’un des plus grands opérateurs Internet russes, Yandex teste pour la première fois ses véhicules autonomes en conditions réelles via un service de taxi dans la cité universitaire d'Innopolis, près de Kazan.

 

taxi autonome Yandex .jpg
« Le taxi autonome Yandex en action dans la cité universitaire d'Innopolis » © Yandex 

 

Yandex, le magnat de l'internet russe, vient d’annoncer sur son site le 28 août, qu’il testait actuellement un service de transport à la demande, par voiture sans conducteur, dans la ville universitaire d’Innopolis en Russie.

 

Les résidents peuvent commander des trajets, opérés gratuitement par deux véhicules autonomes, vers plusieurs destinations telles que l'université, le stade, les immeubles résidentiels et le centre d'affaires local. Jusqu’à présent, une centaine de passagers a accepté de participer aux essais de ce service en conditions réelles. 

 

Pour commander un taxi, il suffit aux étudiants de télécharger une application qui leur permettra d’échanger ensuite avec un chatbot.

 

La technologie sans conducteur en vitrine high-tech 

 

Pour le moment, un ingénieur sécurité surveille les opérations sur le siège passager. L’ équipe d’auto-assistance de Yandex prévoit par la suite d’étendre le service d’automobiles autonomes pour inclure davantage de véhicules, de  destinations et supprimer le pilote de sécurité tout en améliorant le service en fonction des commentaires des utilisateurs.

 

Comme le précise l’opérateur russe, la jeune ville, centrée autour de l'Université, offre à Yandex un environnement urbain idéal « pour franchir une étape importante dans le test public des voitures autonomes. »

 

L’Université d’Innopolis, proche de Kazan (Tatarstan), est un établissement d'enseignement supérieur russe axé sur l'éducation et la recherche dans le domaine de l'informatique et de la robotique, engagé dans des projets et des partenariats partout dans le monde. La ville elle même, construite en trois ans sur 1 200 hectares, est une vitrine high-tech de la nouvelle économie. Grâce aux financements étatiques et régionaux, la cité du futur, comme on l’appelle parfois, a été conçue par un cabinet d'architectes de Singapour et a ouvert ses portes en juin 2015.

 

 

Voir la vidéo des essais à Innopolis

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste