Un concept novateur en termes de mobilité urbaine.

Mercedes-Benz Vans a révélé lundi 10 septembre le Vision Urbanetic, un concept-car autonome à la conduite entièrement automatisée avec carrosserie interchangeable, servant aussi bien aux transports de personnes que de marchandises.

 

 

vision-urbanetic-mercedes.jpg
« Le nouveau concept-car modulable Vision Urbanetic de Mercedes » © Daimler

 

 

Avec le Vision Urbanetic, Mercedes-Benz Vans poursuit un objectif ambitieux : transporter davantage de personnes et de marchandises avec moins de véhicules, sur une infrastructure routière pratiquement inchangée, ce qui permettrait de délester un tant soit peu les centres-villes tout en répondant aux exigences de mobilité et aux souhaits croissants des clients urbains.

 

Le véhicule, dont la production n’est pas encore planifiée, repose sur un concept original de "châssis électrique à conduite autonome qui peut recevoir différentes carrosseries interchangeables pour le transport de passagers ou de marchandises", explique le constructeur dans un communiqué. Si la configuration « People Mover » peut accueillir jusqu'à douze passagers, le module « Cargo » au volume de 10 m3 peut quant à lui embarquer jusqu'à dix palettes. La longueur du véhicule de 5,14 mètres permet d’obtenir une longueur d’espace de chargement de 3,70 mètres et la suppression du poste de conduite génère de facto de l’espace pour l’aménagement intérieur. Le changement de modules se fait automatiquement en quelques minutes ou manuellement.

 

Objectif : réduire les coûts d’exploitation

 

 

Grâce à une conduite elle aussi automatisée, le Vision Urbanetic entièrement connecté est susceptible d’incarner le futur de la mobilité à la demande, tout comme le EZ-GO de Renault et plus récemment Volvo avec son concept 360c.

 

Son premier atout est son architecture système à conduite autonome qui permet d’adapter en permanence les itinéraires en fonction des informations de trafic en temps réel. La gestion de flottes de l’exploitant s’intègre naturellement dans ce système intelligent. L’utilisation est désormais envisageable dans des zones délimitées telles qu’une usine ou un aéroport, autant que dans le trafic routier.

 

« Nous avons amorcé la migration d’un simple constructeur automobile vers un fournisseur de solutions système complètes, explique Volker Mornhinweg, directeur de Mercedes-Benz Vans. Nous imaginons la mobilité comme un réseau organique, comme un métabolisme très efficace qui fait bouger la ville et permet une grande qualité de vie. Les véhicules deviennent une plate-forme pour des fonctions intelligentes. »

 

L’autre bénéfice de ce véhicule d’un nouveau genre est son potentiel d’exploitation, quasiment 24h/24, ce qui change de l’usage habituel finalement très restreint d’une voiture ou d’une camionnette actuelle. L’idée de partage est au cœur du concept : les passagers qui se rendent plus ou moins au même endroit voyagent avec le même véhicule, tandis que les entreprises de secteurs divers et variés utilisent les mêmes véhicules pour transporter leurs marchandises.

 

Mutualiser l’investissement 

 

Ainsi pendant la journée, le Vision Urbanetic véhicule principalement des personnes et la nuit il est utilisé pour transporter des marchandises dans les centres-villes. Le moteur électrique pratiquement silencieux ouvre des perspectives de livraison aux heures creuses et offre donc certaine latitude pour les professionnels.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer que cet outil pourrait également servir de base mobile pour des drones de livraison ou des robots autonomes couvrant le dernier kilomètre. Dans ce cas de figure, le système informatique analyse les besoins de transport et de mobilité et une flotte très flexible se met en place pour y répondre.

 

Autre avantage en terme de rentabilité : les entreprises les plus diverses pourront partager un véhicule ou une même une flotte, par exemple les services de navette et les services publics ou encore les coursiers et les gestionnaires de colis. Cela pourrait offrir un ballon d’oxygène pour les villes (et leurs usagers) puisque, outre la diminution du parc roulant, de nouvelles opportunités de services s’ouvriraient alors, telles que la ponctualité de la livraison et une flexibilité maximale des prestataires de services de transport express*.

 

De nouvelles idées de transport sont nécessaires

 

Il faudra trouver en effet des solutions de ce genre car l’urbanisation et la demande croissante de mobilité exigent de nouveaux concepts de transport. D’ici 2050, les Nations Unies prévoient que près des deux tiers de la population mondiale vivront en ville (aujourd’hui 55 %).

 

21205612_-ez-go-750x410.jpgRenault EZ-GO, concept-car de transport urbain, autonome et électrique,
révélé au salon de Genève 2018 Source : Renault

 

De nouvelles idées sont par conséquent nécessaires afin d’assurer un transport urbain efficace, soutenable et axé sur les besoins aux différentes heures de la journée. D’ailleurs bientôt le choix ne sera plus possible. Selon les estimations des Nations Unies, le nombre de trajets quotidiens dans le monde aura triplé voire quadruplé entre 2000 et 2050.

 

« De plus en plus de villes limitent les nouvelles immatriculations, imposent des interdictions temporaires de circuler ou excluent la circulation des voitures particulières des centres-villes. La maximisation de la demande et des ressources dans les transports publics et privés locaux joue donc un rôle clé dans la réduction de la pression sur l’infrastructure routière existante, » estime Gerd Reichenbach, responsable de la stratégie chez Mercedes-Benz Vans. D’après lui, « le Vision Urbanetic est un concept de mobilité totalement nouveau, conçu pour apporter une réponse cohérente aux besoins réels ainsi qu’en termes d’efficacité et de durabilité. »

 

Le constructeur ne fait évidemment pas mystère que son concept offre la possibilité de réduire la densité du trafic, en même temps que les émissions polluantes et peut ainsi contribuer à une nouvelle qualité de vie dans les centres-villes. Avec ce type de véhicule, les rues ou les aires de stationnement autrefois très fréquentées pourront être délestées voire démantelées pour offrir de nouvelles possibilités d’aménagement urbain. Autrement dit rendre la ville plus praticable, plus confortable et plus durable.

 

*Rien qu’en Allemagne, environ 140 000 véhicules de livraison circulent sur les routes, ce qui représente un total de 5,3 milliards de kilomètres/véhicule parcourus en 2016.

 

 

 

Par Didier ROUGEYRON, journaliste