5 Replies Latest reply on Jun 14, 2017 9:02 PM by laurence Ullmann

    WABEYI, le covoiturage à l'ivoirien

    Charlette N'Guessan Désirée N'Guessan

      « Chaque problème d’un africain est une idée d’entreprise », une phrase qui prend son sens avec la startup WABEYI. Née du constat des énormes difficultés qu’ont les ivoiriens dans le domaine du transport. WABEYI, plateforme de covoiturage développée par des jeunes ivoiriens apporte une innovation dans le secteur du transport au sein de la capitale économique Abidjan.

       

      Présentée en avant-première lors de l'inauguration de l'Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) à Abidjan le 27 avril dernier, la solution WABEYI se lance dans la capitale ivoirienne.

       

      « Notre solution est la première en Côte d’ivoire à exister de façon formelle », souligne Joses-Samuel Koffi, ingénieur Marketing et promoteur de la plateforme WABEYI dans cette interview que nous vous invitons à lire.

         1. Bonjour Mr Joses-Samuel Koffi, bienvenue sur la plateforme OMA. Pouvez-vous nous parler de « WABEYI » ?

      La mobilité est un réel défi en Afrique, mais bien plus à Abidjan, qui depuis bien longtemps est sujet à de nombreux embouteillages, même en dehors des heures de pointe. Beaucoup d’efforts sont faits, cependant le problème demeure. Par ailleurs, la population a beaucoup de mal à se déplacer. Notre idée est de mettre en place une plateforme de Covoiturage. Notez que chaque membre, passager ou conducteur doit s'inscrire via un compte Facebook ou en remplissant le formulaire "Wabeyi". Vous pouvez avoir accès à notre plateforme en tout temps à partir de nos applications mobiles disponibles sur différents système d’exploitations. https://www.wabeyi.net .

       

      wabeyi2.PNG

      2. « La mobilité est un défi à Abidjan », Quelles sont les tendances dans le secteur du transport ?

      Dans le secteur du transport en commun, autant le secteur privé que public se dispute le marché. Mais la demande n’est pas couverte. Sur une flotte automobile d’environ 600 000 véhicules, les transports en commun (public ou privé) ne font qu’environ 20 000. Et ce sont les 20 000 véhicules qui sont censés transporter environs 6 millions d’habitant d’Abidjan.

      Vous voyez aisément que la mobilité n’est donc pas fluide.

      En ce qui concerne le covoiturage, l’activité a de la peine à démarrer, après l’échec de plusieurs opérateurs qui se sont déjà lancés dans le secteur. Cependant, de nombreuses personnes, des particuliers partagent leur véhicule avec des passagers qu’ils prennent aux différentes gares routières.

       

      3. Pour être plus précis, a quel problème répond la solution WABEYI ?

      Je citerais 3 problèmes majeurs :

      • Peu de véhicule de transport en commun (d’où, beaucoup de retard au travail les matins)
      • Les Embouteillages
      • Manque de moyen financier (beaucoup de conducteurs dépensent énormément en carburant et entretien de véhicule) et cherchent des moyens pour amortir leurs charges

       

           4. En quoi WABEYI est innovant dans le domaine de la mobilité ?

      Notre solution est la première en Côte d’ivoire à exister de façon formelle. Sa particularité c’est d’intégrer les moyens de paiement mobile. Ainsi le covoiturage n’est plus qu’un geste solidaire, mais aussi un moyen de se faire des revenus supplémentaires.

       

      5. Le covoiturage étant nouveau, Quel a été le comportement des ivoiriens vis-à-vis de la plateforme WABEYI ?

      La population a bien accueilli la plateforme. Cependant elle reste sceptique et ceux pour des raisons de sécurité. Car la sécurité à Abidjan, n’est pas totalement établie et l’on mentionne très souvent des agressions et autres actes du genre chaque jour. En dépit de cela, les Ivoiriens pratiquent déjà le covoiturage de façon spontanée. Notre solution vient donc pour formaliser et organiser cette activité qui est en constante progression au sein de la population d’Abidjan.

       

      6. Quels sont les grandes difficultés que vous rencontrez au sein du secteur du transport ?

      L’environnement sécuritaire du pays est notre principale difficulté.

       

      Nous recherchons des partenaires stratégiques afin de développer le covoiturage et faire de cette activité une habitude.

       

            7.  Avez-vous détecté des potentiels concurrents dans ce secteur ?

      Nous ne pouvons pas encore parler de concurrent pour la simple raison que la demande de transport est très peu satisfaite. Par ailleurs, aucun concurrent formel ou informel n’a été détecté à présent.

       

       

      L’OMA soutient cette idée :« La mobilité est un enjeu fort du développement de l'Afrique aujourd'hui. » Qu’en pensez-vous ?

       

      Je pense que l’Afrique gagnerait à améliorer la mobilité. Car plus la mobilité est fluide, mieux les opérateurs économiques pourront travailler aisément. Les travailleurs pourront arriver plus tôt au bureau et seront plus productifs. La mobilité doit être une priorité pour nos dirigeants et aussi pour toute la population, car chacun doit y mettre du sein pour améliorer la mobilité.

       

      wabeyi.PNG

      NB: Pour en savoir plus sur le fonctionnement de WABEYI et comment l'utiliser...

       

       

      Samuel Koffilaurence UllmannKouamé Sylvestre KOUASSImarie-pascale baye