3 Replies Latest reply on Aug 3, 2017 1:37 PM by Kouamé Sylvestre KOUASSI

    que pensez-vous de la qualité du matériel (le bitume) utilisé pour les routes?/ What do you think of the quality of road materials (bitumen)?

    Odile DAHO

      Depuis des décennies, nous observons à la dégradation à n'en point finir de nos routes. que faire?

      For decades we have been observing the endless degradation of our roads. What could be done?

        • Re: que pensez-vous de la qualité du matériel (le bitume) utilisé pour les routes?/ What do you think of the quality of road materials (bitumen)?
          laurence Ullmann

          Merci Odile DAHO de cette question très réelle et intéressante. La dégradation (rapide) des routes est bien évidemment un vrai problème dans de nombreux pays d'Afrique puisque la maintenance est chère et consomme une partie très importante des budgets des Etats pour les infrastructures.

           

          De nouvelles technologies commencent à être disponibles pour "enrober" des routes, bitumées ou non, des pistes rurales, etc. Je pense notamment à des technos telles que celles développées par Zydex, une entreprise indienne qui s'intéresse de très près aux problématiques de routes en Afrique.

           

          Mais il est certain que deux éléments de base sont essentiels dans le traitement de cette problématique:

          • des matériaux adaptés et de la qualité requise pour remplir les fonctions demandées (épaissuer, qualité des matériaux, etc...). Ceci est bien souvent lié aux budgets disponibles pour la construction et au suivi du cahier des charges par les entreprises qui effectuent la construction.
          • le respect, par les usagers, des règlementations applicables. En effet, un camion surchargé bien au-delà des charges autorisées, ou dont les pneus sont usés jusqu'à la partie métallique vont détériorer les routes très vite !

           

          Thank you Odile DAHO for this very real and interesting question. The (rapid) deterioration of roads is, of course, a real problem in many African countries since maintenance is expensive and consumes a very large part of the state budgets for infrastructure

           

          New technologies are beginning to be available to "coat" roads, whzether they be initially bituminous or not, rural roads, etc. I am thinking in particular of technos such as those developed by Zydex, an Indian company very interested in the problems of roads in Africa.

           

          Two basic elements are essential in the treatment of this problem, however:

          • Appropriate and quality materials to fulfill the required functions (thickness, quality of materials, etc.). This is often linked to the budgets available for the construction and compliance or not with the building specifications by the companies that carry out the construction.
          • User compliance with applicable regulations. Indeed, a truck overloaded well beyond the authorized loads, or whose tires are worn down to the metal part will deteriorate the roads very quickly !

           

          Qu'en pensez-vous Kouamé Sylvestre KOUASSIBarthélemy KOUAMERomain KOUAKOU

            • Re: que pensez-vous de la qualité du matériel (le bitume) utilisé pour les routes?/ What do you think of the quality of road materials (bitumen)?
              yao marius ya

              pour moi la qualité du matériel est en mise en cause. mais surtout la bonne foi des employeurs est le vrai problème. ils utilisent du faux mais prennent le budget du vrai.

                • Re: que pensez-vous de la qualité du matériel (le bitume) utilisé pour les routes?/ What do you think of the quality of road materials (bitumen)?
                  Kouamé Sylvestre KOUASSI

                  Merci à Odile DAHOyao marius yalaurence Ullmann. Ce sujet est très intéressant au regard de l'état actuel des routes en Côte d'Ivoire et plus généralement dans les pays africains.  Pour moi, tout est une question de gouvernance. 

                  Les routes construites en 1960 et 1980 voire 1990 sont de meilleures qualité que celles construites ces dernières années en Côte d'Ivoire. Les ingénieurs qui sont sortis de nos écoles notamment l'INPHB ne sont pourtant pas de moins meilleures qualités que leurs aînés.

                  Il faut chercher l'une des causes de cette situation dans le contrôle de ces travaux qui n'est pas fait de façon très professionnelle. Cela s'explique par le niveau élevé de corruption des structures chargées du contrôle car une bonne partie de ces  marchés de construction sont attribués  quelquefois à des parents ou amis qui créent ces entreprises à la faveur de ces appels d'offres.

                  Un autre aspect est aussi le non-respect des engagements financiers de l'Etat vis-à-vis de ces entreprises; ce qui justifie quelquefois, des scènes d'abandon de marché ou le non respect des clauses du contrat par  ces dernières.

                  Et le dernier motif est celui de l'inapplication des dispositions règlementaires en matière de charge. Il est courant de voir sur nos routes, des camions surchargés au mépris des dispositions en la matière, au vu et au su des autorités chargées de faire respecter ces textes. 

                  dans ces conditions, il y a lieu de revoir toute la chaîne de la gouvernance des routes dans nos Etats pour leur assurer une durabilité.

                  Nous osons croire que les nouvelles nominations au Fonds d'Entretien Routier (M Diaby Lanciné) et à l'AGEROUTE (M Demba Pierre) en Côte d'Ivoire vont permettre d'opérer les ruptures souhaitées dans ce secteur pour des routes durables et de meilleures qualités.

                   

                  This topic is very interesting in terms of the current state of the roads in Côte d'Ivoire, and more generally in African countries.  For me, everything is a question of governance.

                  The roads built between 1960 and 1980 or 1990 are of better quality than those built in recent years in Ivory Coast. The engineers that came out of our schools including the INPHB aren't yet less better qualities than their elders.

                  Look for one of the causes of this situation in the control of this work that is not done in a very professional manner. This is explained by the high level of corruption of the control structures as part of these construction contracts are sometimes attributed to relatives or friends who create these companies through these tenders.

                  Another aspect is also non-financial commitments between  the State and these companies; what justifies sometimes, scenes of abandonment of market or the non compliance with the terms of the contract by the latter.

                  And the last reason is that of the non-application of regulatory provisions on load. It is common to see on our roads, trucks overloaded disregarding the provisions in this area and given the knowledge of the authorities responsible for enforcing these texts. 

                  In these conditions, there is need to review the entire chain of the governance of the roads in our States to ensure durability.

                  We believe that the new appointments to the funding of maintenance road (M Diaby Lanciné) and the AGEROUTE (M Demba Pierre) in Côte d'Ivoire will allow operating breaks necessary in this sector for sustainable roads and of better quality.

                   

                  laurence UllmannOdile DAHOKonan Léonce KOUAKOUBarthélemy KOUAMERomain KOUAKOUyao marius ya