3 Replies Latest reply on Sep 6, 2017 11:55 AM by Joseph Semuju

    La course du SAV sur le transport routier africain/The SAV race on African road transport

    Kouamé Sylvestre KOUASSI

             Plateforme d'Africa Truck Solutions à Dakar

       

      « En Afrique, les camions ont besoin d’une vidange tous les 10 000 km, contre tous les 50 000 km en Europe », affirme Marc Dully, responsable de l’après-vente pour l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Est, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale du constructeur allemand MAN, filiale de Volkswagen. Alors que les véhicules sont soumis à rude épreuve sur les routes du continent, c’est sur le terrain du service après-vente (SAV) que se pressent désormais les constructeurs et distributeurs de poids lourds.

       

      De MAN à Iveco, tous les constructeurs entendent booster leur SAV à travers leur réseau d’importateurs ou en ouvrant des ateliers dans les ports. Alors que l’allemand Daimler Trucks gérait jusque-là ce service depuis son siège de Stuttgart, il a inauguré début février deux centres régionaux d’assistance technique et commerciale à Nairobi et à Pretoria pour se rapprocher de ses clients et revendeurs.

       

      Parfois, ce sont les distributeurs eux-mêmes qui prennent les devants  comme  SMT Group, distributeur de Volvo Trucks qui  dispose par exemple de centres d’entretien dans une vingtaine de pays. ATS a quant à lui  déployé six bases de services avec des magasins de pièces détachées à Lomé, Ouagadougou, Abidjan, Bamako, Dakar et Douala. Dans ces deux dernières capitales, l’entreprise a aussi ouvert des centres qui forment clients, techniciens, gestionnaires de flottes et chauffeurs. A cet effet, ils offrent une palette de services d’après-vente qui sont intégrées dans des contrats de maintenance.

       

      Cette course contre le temps est devenue une telle préoccupation que certains industriels n’hésitent pas à créer leur propre base d’entretien à domicile et leurs solutions. Certains camions se déplacent ainsi en convoi suivis de leur mécanicien.

      Que pensez-vous de cette course contre la montre menée par les SAV des constructeurs? Quelle est la situation de la maintenance dans votre localité ou pays?

      http://www.jeuneafrique.com/mag/325427/economie/transport-routier-sav-argument-de-poids/

       

      ENG

      "In Africa, trucks need to be emptied every 10,000 km, against every 50,000 km in Europe," says Marc Dully, after-sales manager for North Africa, East Africa, West Africa and Central Africa of the German manufacturer MAN, a subsidiary of Volkswagen. While the vehicles are subjected to heavy testing on mainland roads, it is in the field of after-sales service (SAV) that the manufacturers and distributors of heavy goods vehicles are now pressing.


      From MAN to Iveco, all manufacturers intend to boost their after-sales service through their network of importers or by opening workshops in the ports. While the German Daimler Trucks previously managed this service from its headquarters in Stuttgart, it inaugurated in early February two regional centers of technical and commercial assistance in Nairobi and Pretoria to get closer to its customers and dealers.


      Sometimes it is the distributors themselves who take the lead as SMT Group, a distributor of Volvo Trucks, which has, for example, maintenance centers in some 20 countries. ATS has deployed six service bases with spare parts stores in Lomé, Ouagadougou, Abidjan, Bamako, Dakar and Douala. In these two capitals, the company also opened centers that train customers, technicians, fleet managers and drivers. To this end, they offer a range of after-sales services that are integrated into maintenance contracts.


      This race against time has become such a concern that some industrialists do not hesitate to create their own home maintenance base and their solutions. Some trucks travel in convoy followed by their mechanic.

       

      What do you think of this race against the clock carried out by the SAV of the manufacturers? What is the maintenance situation in your locality or country?

      http://www.jeuneafrique.com/mag/325427/economie/transport-routier-sav-argument-de-poids/

       

      laurence UllmannDavid Aurelie KOUASSIJerry Rawlings MbabaliJoseph SemujuKonan Léonce KOUAKOUAMENAN BEATRICE KOUAMEAMANI KEVIN KOUAKOUKouamé Serge KOUAKOURamatou YEOHYao mathias LoukouAmel Ould Amer

        • Re: La course du SAV sur le transport routier africain/The SAV race on African road transport
          Yao mathias Loukou

          Bonjour Docteur! la vidange de tous les camions à chaque 10.000km en

          Afrique met en évidence l'état des routes. L'état des routes entrave

          bien souvent le déplacement des camions de façon aisée. car les routes

          sont soit non bitumées, soit rarement re-profilées donc en saison

          pluvieuse, elles sont toutes inondées mettant en mal l'évacuation des

          produits des zones de production vers les zones consommation. p

           

          Le 04/09/2017, Kouamé Sylvestre

          KOUASSI<compte-fonction.openlabcb@michelin.com> a écrit :

          Kouamé Sylvestre KOUASSI mentioned you in [La course du SAV sur le transport

          routier africain/The SAV race on African road transport] in Open Lab

          Challenge Bibendum Community.

           

          Participate in the conversation by replying to this email, or to view Kouamé

          Sylvestre KOUASSI's reference to you, visit:

          https://openlab.michelin.com/message/7178-la-course-du-sav-sur-le-transport-routier-africainthe-sav-race-on-african-road-transport?et=notification.mention

          >

          • Re: La course du SAV sur le transport routier africain/The SAV race on African road transport
            Yao mathias Loukou

            Bonjour Docteur! la vidange de tous les camions à chaque 10.000km en

            Afrique met en évidence l'état des routes. Car l'état des routes est

            mauvais donc il entrave bien souvent le déplacement aisé des camions

            généralement. elles sont soit bitumées, soit rarement reprofilée donc

            en saison pluvieuse, elles sont impraticables. celles qui sont

            bitumées sont en état de dégradation (route Bouaké-Yamoussoukro) par

            conséquent, les services d'entretien des camions ayant  une forte

            représentativité spatiale en Afrique va réduire fortement le nombre de

            vidange par kilomètre.

                 Dans notre localité, d'abord les moyens de transports sont

            variés:les tricycles,  motos, vélos, voiture vraiment vieillissantes

            dans les contrées lointaine du pays.   l'état des routes routes est un

            vecteur d'accident. chauffeur moins qualifié, manque partiel de

            véhicule dans les localités telles que Tabou-grabo-tchouroutou-Béoué.

            la mobilité humaine est vraiment difficile, à cause de l'état des

            routes et manque de véhicule. par exemple, lorsqu'une femme est en

            travail, le manque de véhicule et de l'état de la route font que l'on

            ne peut pas évacuer rapidement la concernée à Tabou pour les soins

            nécessaires. donc elle meurt. au cour de l'année 2015-2016, en un

            mois, deux femmes enceintes ont tirer leurs révérences.

             

            Le 05/09/2017, yao mathias loukou<mathiasloukou3@gmail.com> a écrit :

            Bonjour Docteur! la vidange de tous les camions à chaque 10.000km en

            Afrique met en évidence l'état des routes. L'état des routes entrave

            bien souvent le déplacement des camions de façon aisée. car les routes

            sont soit non bitumées, soit rarement re-profilées donc en saison

            pluvieuse, elles sont toutes inondées mettant en mal l'évacuation des

            produits des zones de production vers les zones consommation. p

             

            Le 04/09/2017, Kouamé Sylvestre

            KOUASSI<compte-fonction.openlabcb@michelin.com> a écrit :

            >> Kouamé Sylvestre KOUASSI mentioned you in [La course du SAV sur le

            >> transport

            >> routier africain/The SAV race on African road transport] in Open Lab

            >> Challenge Bibendum Community.

            >>

            >> Participate in the conversation by replying to this email, or to view

            >> Kouamé

            >> Sylvestre KOUASSI's reference to you, visit:

            >> https://openlab.michelin.com/message/7178-la-course-du-sav-sur-le-transport-routier-africainthe-sav-race-on-african-road-transport?et=notification.mention

            >>

            >

            • Re: La course du SAV sur le transport routier africain/The SAV race on African road transport
              Joseph Semuju

              Kouamé Sylvestre KOUASSI In Uganda, there are such procedures to follow. For example, there is an annual mandatory motor vehicle inspection. Where by Uganda's Ministry of Works and Transport awarded SGS (Société Générale de Surveillance) an exclusive contract to design, implement and perform road-worthiness inspections nationwide. Vehicles are subject to safety and emission inspections periodically. For Uganda, this is the second time the exercise is being implemented after nearly two decades since it was suspended in 1998 which was conducted by the motor vehicle inspection unit of Uganda police. SGS (Société Générale de Surveillance) and the Ministry of Works and Transport are working together to make sure the program actively contributes to the enhancement of road safety and the reduction of transport related vehicle emissions. The mandatory exercise is about determining the technical condition of motor vehicles in the country so they comply with the traffic and road safety (motor vehicle inspection) regulations of 2016 and the standards set by the ministry of works and transport in the “Manual of vehicle Inspection” as well as other recognized international road-safety standards.

               

              Could this cater for such services in your article above? Couldn't it better serve if it was at least quarterly

               

              laurence Ullmann marie-pascale baye Charlette N'Guessan Désirée N'Guessan David Aurelie KOUASSI Kouamé Sylvestre KOUASSI Jerry Rawlings Mbabali