1 Reply Latest reply on Sep 13, 2018 10:01 PM by Kouamé Serge KOUAKOU

    Bénin: l'effondrement d'un pont bloque la route vers le Niger

    marie-pascale baye

      En prélude des discussions sur le transport de marchandise en Afrique au Bénin, plus de 700 camions sont toujours bloqués à la frontière nigérienne suite à l’effondrement d’un pont à Malanville le 5 septembre 2018. C’est la principale route reliant le port de Cotonou au Niger. Du coup, le trafic est à l’arrêt. La construction d’un nouveau pont pourrait prendre jusqu’à 45 jours et en attendant, deux solutions sont à l’étude : faire passer les camions soit par le Nigeria soit par le Burkina Faso.

      Benin .PNG

      Bénin: l'effondrement d'un pont bloque la route vers le Niger - RFI

      Un nouveau pont bientôt

      Enfin, un nouveau pont sera construit en 45 jours, promet le ministre des infrastructures Alassane Seidou. « Une des plus grandes entreprises du pays nous a proposé la construction d’un pont neuf en un mois, annonce-t-il. Nos techniciens pensent que cela peut prendre jusqu’à 45 jours. »

      Le pont est vieux de 50 ans, ce qui épargne pour l’instant à Patrice Talon les critiques de ses adversaires. Un ingénieur explique que le « pays a un vaste problème de remise à neuf de ses infrastructures. » Le fret sur route accélère l’usure et l’obsolescence.

      « La prochaine alerte pour moi, confesse l’ingénieur, c’est le pont de Porto Novo, l’unique porte d’entrée quand on vient de Cotonou. »

       

      Face à tout ce que ce problème engendre tant pour les transporteurs et les fournisseurs, il est claire que c'est tout un écosystème qui prend un coup alors que pensez-vous et aviez-vous d'autres informations sur le sujet ?

       

       

      David Aurelie KOUASSI Kouamé Sylvestre KOUASSI Jerry Rawlings Mbabali

        • Re: Bénin: l'effondrement d'un pont bloque la route vers le Niger
          Kouamé Serge KOUAKOU

          Seul le manque de suivi et évaluation de nos infrastructures peut nous mettre dans ces problèmes inconfortable. Si cela avait été fait, je pense qu'on ne serait pas là aujourd'hui à rechercher des moyens pour rejoindre la destination finale. Je pense aussi que cette situation va faire prendre conscience aux acteurs en charge des infrastructures dans nos pays. Comment un pont digne peut être livré en 45 jours? Trop d'amateurs sur ce continent...Merci Marie Pascale pour cet article